Associations

Cramaillote & pissenlit

 

Gelée de fleurs de pissenlit

La cramaillote est une gelée de fleurs de pissenlit, l’une des premières gourmandises du printemps! Elle trouve son origine en Franche-comté mais c’est une cueilleuse des Hautes-Alpes qui m’a transmis sa fameuse recette. Cramaillot signifie « pissenlit  » en franc-comtois.

La recette :

  • 92810172_169909501141816_3301571884767772672_oRécolter environ 300 gr de fleurs de pissenlit (un petit saladier)
  • Laisser préfaner 15 minutes, pour permettre aux éventuels  insectes de sortir des fleurs
  • Enlever les sépales (la partie verte qui donne trop d’amertume)
  • Mettre les fleurs dans une casserole en cuivre
  • Couvrir d’1,5 litre d’eau
  • Faire chauffer 45 minutes à petit feu (la décoction va réduire)
  • Presser un citron et deux oranges
  • Filtrer la décoction dans un linge et bien presser pour extraire un maximum de jus
  • Remettre sur le feu avec les jus de citron et orange et 750 gr de sucre (il y a en général autant de sucre que de jus)
  • Cuire à nouveau pendant environ 30-40 minutes.
  • Vérifier la prise en versant simplement une cuillère sur une assiette très froide. Si la gelée ne prend pas, prolonger la cuisson
  • Mettre en pot, retourner et laisser refroidir

Bon appétit

Associations

Vannerie & petits poissons

A l’heure du confinement, je vous partage un petit atelier de vannerie sauvage,  facile à réaliser si vous avez un coin de foret non loin de la maison.  L’occasion d’apprentissage sur la flore locale et la patience 😉

 

Plantes utilisées

  • Cornouiller sanguin : Cornus sanguine L. :  Le cornouiller  est un arbuste dont vous pouvez se ramasser de septembre à février.  On le reconnait à ses tiges qui se colorent en rouge en hiver. Prendre uniquement les pousses de l’année. ((Attention : les feuilles , toxiques, peuvent irriter la peau))
  • Lierre grimpant : Hedera hélix L : le lierre se ramasse toute l’année. Il est le symbole de l’amour chez les celtes et symbole d’éternité chez les égyptiens. Ne pas le prendre trop épais sinon il risque de casser plus facilement (( Attention, les baies sont toxiques. ))
  • Pervenche : Vinca major L.  Vous la trouverez dans les sous-bois, elle fleurit chez nous en mars mais vous pouvez la ramasser toute l’année. L’étymologie du nom vinca en latin peut nous donner deux informations. Vinca, dérivé de vincere (vaincre), la plante combat en effet l’hiver avec ses feuilles persistantes. Vinca dérivé de vincire (lier), la tige de la plante est solide et souple pour lier.
  • Clématite des haies  : Clematis vitalba L : La Clématite se récolte de septembre à février.  On peut l’utiliser avec l’écorce (brune) ou bien l’éplucher pour gagner en souplesse et en couleur. Faites la bouillir environ 2h pour l’éplucher  ensuite plus facilement et découvrir sa belle couleur jaune  (Image 3) Choisir de bonnes longueurs, assez fines pour le tressage.   On l’appelait autrefois « l’Herbe-aux gueux » car les mendiants se frottaient les mains avec les racines et feuilles broyées pour attirer l’attention des passants . Cette plante est reconnue pour être « rubéfiante » et donner des rougeurs cutanées.

Outils

  • Un sécateur ou un opinel
  • Une flore ou un petit livre d’identification botanique pour bien identifier les plantes ramassées.

Etapes

  1. Courber un brin de cornouiller sanguin pour faire le « tour ».(Image 2)
  2. Faire un noeud avec de la clématite pour maintenir les 2 brins. (Image 5)
  3. Choisir 2 brins de cornouiller pour faire les « arrêtes », elles serviront pour le squelette  et le tressage (Image 4)
  4. Tresser dessus, dessous, arrivé au « tour » faire demi-tour et recommencer dans l’autre sens. Enchainer les brins jusqu’au bout. Varier les plantes pour un résultat coloré. (Image 6)
  5. Rajouter des fleurs pour les yeux 😉 (Image 1)

 

 

 

Associations

Interview : Regards croisés sur l’herboristerie

971858ae-b7b9-44fa-9563-99fa286c8d3e

// MEDIA 📷 // En 2ème page du Dauphiné ! MER 11 MARS 2020

🌼 Mi- février, Aubane, une journaliste passionnée de plantes me contactait pour une journée de reportage sur mon métier : fabrication de savon en saponification à froid au programme! Puis visite du séchoir et petit tour au jardin avec une météo maussade de saison.

🌼 Malgré ma jeune expérience , j’ai accepté cet interview car j’ai senti que la journaliste ne cherchait pas à alimenter le débat actuel sur l’herboristerie. Ses objectifs : Eclairer le lecteur, le consommateur sur les différentes réglementations autour des plantes, et le sensibiliser à l’achat de plantes locales de qualité. Un vrai sujet pour les petits producteurs! Une belle visibilité pour le Syndicat des Simples et pour le Syndicat des producteurs de plantes des Savoies . Quand vous achetez une infusion en vrac chez un producteur local, les plantes ont une odeur, une couleur, une identité, un territoire! Elles ont été cueillies à la main dans le respect de leur cycle de reproduction et de leur environnement. Elles ont été séchées à basse température pour conserver toutes leurs qualités. Enfin, elles sont fraîches, le millésime de l’année!

🙏 Merci pour cet article très complet, regards croisés entre producteur-cueilleur, Floriane Richard du syndicat des Simples, productrice PPAM Alpines et l’ordre des pharmaciens sur l’usage des plantes et la réglementation.

🌼 Et à la question, si je suis Herboriste ? Je réponds qu’après seulement deux années préparatoires à l’herboristerie à l’IFH, je ne me considère pas comme tel, et je ne le serai jamais.  Cela me prendra plus d’une vie pour découvrir ce vaste monde qu’est l’herboristerie!  Une amoureuse des plantes ? de la montagne  ? et du bien-être ? plutôt oui! Une productrice-cueilleuse ? Je m’essaie depuis 18 mois.

 

Associations

Lessive champêtre au lierre

 

Simplissime et végétale, zéro déchet et locale, voici la lessive au lierre !

Le lierre grimpant

Hedera helix L. est riche en saponines, des molécules aux propriétés tensioactives qui font mousser leurs solutions et servent de détergent.

Ces molécules ont une partie hydrophile (qui aime l’eau) et une partie lipophile (qui aime les lipides). C’est à dire qu’une partie de la molécule est soluble dans l’eau et l’autre dans la graisse. Cette propriété permet une émulsion, capable d’enlever la graisse aux vêtements.

Nous retrouvons ici les mêmes propriétés que les noix de lavage de l’arbre à savon, Sapindus mukorossi Gaettn. , mais avec une plante locale bien de chez nous.

La recette

Cueillir 50 gr de feuilles de lierre sans pétiole, soit une centaine de feuilles
Les rincer et les couper au ciseau en petits morceaux
Faire une décoction dans un litre d’eau à couvert pendant 10-15 mins
Laisser macérer toute une nuit
Filtrer dans une étamine
Ajouter une cuillère à café de bicarbonate qui renforce l’action de la lessive notament sur les graisses
Conserver pendant 3 semaines au frais
Mettre l’équivalent d’un bouchon dans la machine

Ustensiles

1 casserole
1 entonnoir et 1 tissu pour filtrer ou 1 étamine
1 contenant

 

Associations

MEDIA une cueilleuse sur France Inter

MEDIA 🎧 // Replay de l’émission La Terre au carré sur FRANCE INTER (23 déc 19)
A partir de 35 mins 40, retrouvez l’interview de Claire Moucot, 🌸 cueilleuse professionnelle 🌸 depuis 40 ans et membre de l’AFC, l’Association française des cueilleurs professionnels de plantes sauvages.

IMG-20190806-WA0016
Cueillette de rhododendron Massif des Bornes
Près 500 personnes exercent ce métier pour des laboratoires de cosmétiques, phytothérapie, gemmothérapie (médecine des bourgeons) ou herboristerie.  Ils travaillent au sein d’une coopérative, d’un syndicat ou bien comme indépendant, et sont parfois cueilleurs-cultivateurs, transformateurs ou distillateurs. 
En savoir plus sur l’Association française des professionnels de la cueillette de plantes sauvages : http://cueillettes-pro.org