Associations

Vannerie & petits poissons

A l’heure du confinement, je vous partage un petit atelier de vannerie sauvage,  facile à réaliser si vous avez un coin de foret non loin de la maison.  L’occasion d’apprentissage sur la flore locale et la patience 😉

 

Plantes utilisées

  • Cornouiller sanguin : Cornus sanguine L. :  Le cornouiller  est un arbuste dont vous pouvez se ramasser de septembre à février.  On le reconnait à ses tiges qui se colorent en rouge en hiver. Prendre uniquement les pousses de l’année. ((Attention : les feuilles , toxiques, peuvent irriter la peau))
  • Lierre grimpant : Hedera hélix L : le lierre se ramasse toute l’année. Il est le symbole de l’amour chez les celtes et symbole d’éternité chez les égyptiens. Ne pas le prendre trop épais sinon il risque de casser plus facilement (( Attention, les baies sont toxiques. ))
  • Pervenche : Vinca major L.  Vous la trouverez dans les sous-bois, elle fleurit chez nous en mars mais vous pouvez la ramasser toute l’année. L’étymologie du nom vinca en latin peut nous donner deux informations. Vinca, dérivé de vincere (vaincre), la plante combat en effet l’hiver avec ses feuilles persistantes. Vinca dérivé de vincire (lier), la tige de la plante est solide et souple pour lier.
  • Clématite des haies  : Clematis vitalba L : La Clématite se récolte de septembre à février.  On peut l’utiliser avec l’écorce (brune) ou bien l’éplucher pour gagner en souplesse et en couleur. Faites la bouillir environ 2h pour l’éplucher  ensuite plus facilement et découvrir sa belle couleur jaune  (Image 3) Choisir de bonnes longueurs, assez fines pour le tressage.   On l’appelait autrefois « l’Herbe-aux gueux » car les mendiants se frottaient les mains avec les racines et feuilles broyées pour attirer l’attention des passants . Cette plante est reconnue pour être « rubéfiante » et donner des rougeurs cutanées.

Outils

  • Un sécateur ou un opinel
  • Une flore ou un petit livre d’identification botanique pour bien identifier les plantes ramassées.

Etapes

  1. Courber un brin de cornouiller sanguin pour faire le « tour ».(Image 2)
  2. Faire un noeud avec de la clématite pour maintenir les 2 brins. (Image 5)
  3. Choisir 2 brins de cornouiller pour faire les « arrêtes », elles serviront pour le squelette  et le tressage (Image 4)
  4. Tresser dessus, dessous, arrivé au « tour » faire demi-tour et recommencer dans l’autre sens. Enchainer les brins jusqu’au bout. Varier les plantes pour un résultat coloré. (Image 6)
  5. Rajouter des fleurs pour les yeux 😉 (Image 1)

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s